"Le Journal d'une voisine" – Doris LESSING

LESSING

« Il évoque la rencontre de deux femmes: Jane Somers, rédactrice en chef d’un magazine féminin londonien, et Maudie, une vieille dame, solitaire et malade. Sans jamais se départir du soupçon de distance ironique qui fait la force de son écriture, Doris Lessing décrit avec talent les rapports qui se nouent entre ces deux êtres, la tentative d’apprivoisement de l’une par l’autre, les combats désespérés de Maudie pour sauver sa dignité, l’amitié qui naît, profonde et bouleversante. »

C’est un roman où la peur et le refus de vieillir et la confrontation entre jeunesse et vieillesse sont des thèmes prédominants. Dans une moindre mesure, la salle de bain joue son rôle : la salle de bain oui, parce que c’est l’échappatoire de Janna, l’héroïne. C’est là qu’elle réussit à fuir ses peurs, son dégoût pour la vieillesse et tout ce que vieillir implique. Elle fuit dans ses produits de beauté, son maquillage et son bain chaud.

C’est donc son journal que nous lisons : pas de découpage en chapitres mais une succession régulière de jours, un roman franc, presque d’un seul tenant. Le début est un peu abrupte, un pied entre deux âges où les sautes d’humeur des personnages battent bizarrement un tempo un peu lent dans une atmosphère assez sordide : on a l’impression de plonger dans un gouffre de maladies, vieillesse, dégoût, colère, pitié… Et puis, les deux femmes, qui n’appartiennent définitivement pas à la même époque,  s’attachent à leurs façons et nouent un lien qui leur est propre. Elles ont un quelque chose de particulier qui ne ressemble  à personne d’autre parce qu’elle s’écoutent, se donnent du temps, et laissent parler leurs différences.

Le style est excellent. L’écriture est souple et agréable à lire, tantôt raffinée, tantôt rassurante : les choses sont bien dîtes, bien racontées, bien enchaînées. Pourtant, le regard que porte l’auteur sur notre société est critique et sévère, trop sévère. Impitoyable et implacable, elle juge durement la façon dont on considère la vieillesse, la faiblesse et la solitude. Comme s’il était forcément difficile d’éprouver un réelle amitié pour une personne âgée, comme si on ne pouvait ressentir autre chose que de la pitié, de la colère ou de la tristesse.

———————————————————

Cette lecture (lien) s’est faite dans le cadre du “Prix littéraire des Blogueurs“.

« Le Journal d’une voisine » – Doris LESSING
« Il évoque la rencontre de deux femmes: Jane Somers, rédactrice en chef d’un magazine féminin londonien, et Maudie, une vieille dame, solitaire et malade. Sans jamais se départir du soupçon de distance ironique qui fait la force de son écriture, Doris Lessing décrit avec talent les rapports qui se nouent entre ces deux êtres, la tentative d’apprivoisement de l’une par l’autre, les combats désespérés de Maudie pour sauver sa dignité, l’amitié qui naît, profonde et bouleversante. »
Publicités

2 réflexions sur “"Le Journal d'une voisine" – Doris LESSING

  1. Pingback: Journal d’une voisine de Doris Lessing « Je Lis, Tu Lis, Il Lit

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s