"Le Journal d'une voisine" – Doris LESSING

LESSING

« Il évoque la rencontre de deux femmes: Jane Somers, rédactrice en chef d’un magazine féminin londonien, et Maudie, une vieille dame, solitaire et malade. Sans jamais se départir du soupçon de distance ironique qui fait la force de son écriture, Doris Lessing décrit avec talent les rapports qui se nouent entre ces deux êtres, la tentative d’apprivoisement de l’une par l’autre, les combats désespérés de Maudie pour sauver sa dignité, l’amitié qui naît, profonde et bouleversante. »

C’est un roman où la peur et le refus de vieillir et la confrontation entre jeunesse et vieillesse sont des thèmes prédominants. Dans une moindre mesure, la salle de bain joue son rôle : la salle de bain oui, parce que c’est l’échappatoire de Janna, l’héroïne. C’est là qu’elle réussit à fuir ses peurs, son dégoût pour la vieillesse et tout ce que vieillir implique. Elle fuit dans ses produits de beauté, son maquillage et son bain chaud.

C’est donc son journal que nous lisons : pas de découpage en chapitres mais une succession régulière de jours, un roman franc, presque d’un seul tenant. Le début est un peu abrupte, un pied entre deux âges où les sautes d’humeur des personnages battent bizarrement un tempo un peu lent dans une atmosphère assez sordide : on a l’impression de plonger dans un gouffre de maladies, vieillesse, dégoût, colère, pitié… Et puis, les deux femmes, qui n’appartiennent définitivement pas à la même époque,  s’attachent à leurs façons et nouent un lien qui leur est propre. Elles ont un quelque chose de particulier qui ne ressemble  à personne d’autre parce qu’elle s’écoutent, se donnent du temps, et laissent parler leurs différences.

Le style est excellent. L’écriture est souple et agréable à lire, tantôt raffinée, tantôt rassurante : les choses sont bien dîtes, bien racontées, bien enchaînées. Pourtant, le regard que porte l’auteur sur notre société est critique et sévère, trop sévère. Impitoyable et implacable, elle juge durement la façon dont on considère la vieillesse, la faiblesse et la solitude. Comme s’il était forcément difficile d’éprouver un réelle amitié pour une personne âgée, comme si on ne pouvait ressentir autre chose que de la pitié, de la colère ou de la tristesse.

———————————————————

Cette lecture (lien) s’est faite dans le cadre du “Prix littéraire des Blogueurs“.

« Le Journal d’une voisine » – Doris LESSING
« Il évoque la rencontre de deux femmes: Jane Somers, rédactrice en chef d’un magazine féminin londonien, et Maudie, une vieille dame, solitaire et malade. Sans jamais se départir du soupçon de distance ironique qui fait la force de son écriture, Doris Lessing décrit avec talent les rapports qui se nouent entre ces deux êtres, la tentative d’apprivoisement de l’une par l’autre, les combats désespérés de Maudie pour sauver sa dignité, l’amitié qui naît, profonde et bouleversante. »
Publicités

"L'Arrière-Saison" – Philippe BESSON

BESSON

« Au commencement, il y a cette peinture d’Edward Hopper qu’on peut voir à Chicago. J’ai dû l’apercevoir à plusieurs reprises avant de m’en procurer une reproduction, un dimanche d’ennui. Un soir, sans intention particulière, j’ai observé la femme en robe rouge de la peinture, assise au comptoir d’un café nommé Phillies, entourée de trois hommes. Alors, çà s’est imposé à moi, sans que j’aie rien cherché. J’ai eu l’envie impérieuse de raconter l’histoire de cette femme et des trois hommes autour d’elle, et d’un café de Cape Cod. »

C’est un roman court qui oscille entre banalités et légèreté.
L’histoire colle parfaitement avec la toile d’Edward Hopper : une ambiance et une époque hors du temps, un endroit parmi d’autre à la fois anodin et particulier. Cela pourrait se passer n’importe quand, n’importe où mais c’est aussi ici et maintenant.
Le décor est empreint de passé et de présent, où se mêlent tristesse, nostalgie et anecdotes. Les dialogues sont rares, un peu monotones et emplis d’amertume. Seuls les personnages donnent un peu de couleurs au tableau et semblent créer le cadre et l’ambiance.
Les phrases et un vocabulaire  simples et les expressions un peu décalées rendent la lecture agréable et fluide. On se laisse doucement porter par les pages.
Seul bémol, le style un peu plat manque quelque fois de caractère.

———————————————————

Cette lecture (lien) s’est faite dans le cadre du “Prix littéraire des Blogueurs“.

"Wisconsin" – Mary R. ELLIS

ELLIS

« La famille Lucas vit dans le nord du Wisconsin, belle terre oubliée peuplée d’ouvriers européens immigrés et d’Indiens Ojibwés. John, violent et alcoolique, passe son temps dans les bars, quand il ne s’acharne pas sur sa femme et ses enfants. L’aîné, James, lassé des frasques paternelles, s’engage pour le Vietnam. Il ne reviendra pas, laissant son jeune frère Bill à ce sombre quotidien. Seuls les Morriseau veillent de loin et le soutiennent pendant le périlleux passage de l’enfance à l’âge d’homme. Mais au coeur de cette nature immuable et splendide qui panse les blessures et apaise les peurs, ce qui reste d’amour donne doucement la force de survivre. »

Le Vietnam et les horreurs d’une guerre, l’alcoolisme et les ravages que cela provoque au sein d’une famille, l’amour et l’admiration d’un petit garçon pour son grand-frère, le refus d’accepter la mort d’un proche, la difficulté de vivre sans pouvoir avoir d’enfants, … autant de sujets sensibles et durs abordés avec une simplicité touchante.
Sans tomber dans les clichés mélodramatiques de la vie, l’auteur nous raconte, dans un style fluide et agréable, une belle histoire à la fois émouvante et dure : une vision intime du quotidien d’une famille que la vie n’épargne pas.

Il s’agit donc d’une lecture très plaisante, sans fioritures ni artifices littéraires, au cours de laquelle on passe un bon moment malgré la gravité des thèmes évoqués.

———————————————————

Cette lecture (lien) s’est faite dans le cadre du « Prix littéraire des Blogueurs« .

"La Physique des Catastrophes" – Marisha PESSL

PESSL

« Bleue Van Meer, adolescente précoce, mène une vie peu ordinaire. Son père, un intellectuel exubérant, la ballotte d’une ville universitaire à l’autre. Ils vivent une relation fusionnelle, multiplient les joutes oratoires et refont ensemble l’histoire de la littérature et de la physique quantique. Mais un jour, Bleue découvre son professeur d’anglais pendue à un arbre. En tentant d’élucider ce drame, elle percera les secrets de son entourage… »

Bleue, l’héroïne narratrice, est une adolescente assez particulière.
L’histoire semble certes très intéressante, mais elle met un temps infini à démarrer : le début, un « prologue » de quelques pages, cadre le récit et en jette les bases puis, s’en suit plus de 300 pages d’attente vide… L’auteur se perd dans une foule de digressions qui nous fait malheureusement un peu décrocher. Un peu comme quelqu’un qui nous raconte une histoire passionnante mais dont le surplus de détails nous noie dans le récit, au point que l’on en oublie l’essentiel pour finalement se désintéresser du récit lui-même.

« J’en viens au moment décisif de mon récit », page 369 (sur 610 pages !), chapitre Délivrance, Editions Gallimard, 2007 ; Page suivante :
« Sans les évènements relatés dans ce chapitre, jamais je ne vous aurais raconté mon histoire, car je n’aurai tout simplement rien eu à écrire. […] Cela n’aurait été, avec un peu de recul, qu’une histoire sans intérêt ».

Le tout, saupoudré d’une quantité astronomique de références littéraires et cinématographiques, un véritable bouillon de culture qui submerge complètement le lecteur.

Ces 370 pages « d’histoire sans intérêt » enfin digérées, l’intrigue commence ! Et malgré moult détours, on s’y plonge avec d’autant de plaisirs que le début fut laborieux. Malheureusement, en comparaison avec les deux premiers tiers du bouquin, la chute, un peu trop rocambolesque en devient limite extravagante tant l’intrigue se complique !

En bref, une histoire qui pourrait être captivante si la narration n’était pas si lente, décousue et ponctuée d’un trop-plein de blabla assommant.

———————————————————

Cette lecture (lien) s’est faite dans le cadre du “Prix littéraire des Blogueurs“.

"Auprès de moi toujours" – Kazuo ISHIGURO

ISHIGURO

« Jadis, Kath, Ruth et Tommy ont été élèves à Hailsham : une école idyllique, nichée dans la campagne anglaise, où les enfants étaient protégés du monde extérieur et élevés dans l’idée qu’ils étaient des êtres à part, que leur bien-être personnel était essentiel, non seulement pour eux-mêmes, mais pour la société dans laquelle ils entreraient un jour. Mais pour quelle raison les avait-on réunis là ? Bien des années plus tard, Kath s’autorise enfin à céder aux appels de la mémoire et tente de trouver un sens à leur passé commun. Une histoire d’une extraordinaire puissance, au fil de laquelle Kath, Ruth et Tommy prennent peu à peu conscience que leur enfance apparemment heureuse n’a cessé de les hanter, au point de frelater leurs vies d’adultes. »

Difficile de savoir par où commencer quand on a l’impression très nette d’être passé à côté du livre…

L’histoire, un grand mystère dévoilé à demi mot, n’est ni passionnante ni vraiment ennuyante. On tourne autour du pot, en nous donnant des éléments au compte goutte au milieu d’anecdotes et de souvenirs racontés, sans trop en dire à chaque fois, voire sans réellement dire quoique ce soit.
Le côté sans queue ni tête dans l’enchaînement des souvenirs est sympa mais le fil conducteur est assez peu captivant dans l’ensemble.

Ce qui est lassant, c’est de rester à côté, de s’accrocher jusqu’à la fin du bouquin pour finalement être incapable de dire si c’était bien ou pas…
Plein de questions restent en suspens et les réponses sont trop souvent peu cohérentes, bizarres ou improbables…

Pourquoi Hailsham tout court ?

Un livre entre deux, un peu décevant et frustrant… Il manque un truc.

———————————————————

Cette lecture (lien) s’est faite dans le cadre du “Prix littéraire des Blogueurs“.

"Les Fabuleuses aventures d'un Indien malchanceux" – Vikas SWARUP

SWARUP

« Quand le jeune Ram Mohammad Thomas devient le grand vainqueur de « Qui veut gagner un milliard de roupies ? », la production soupçonne immédiatement une tricherie. Comment un serveur de dix-huit ans, pauvre et inculte, serait-il assez malin pour répondre à treize questions pernicieuses ? Accusé d’escroquerie, sommé de s’expliquer, Thomas replonge alors dans l’histoire de sa vie… Car ces réponses, il ne les a pas apprises dans les livres, mais au hasard de ses aventures mouvementées ! Du prêtre louche qui laisse trop volontiers venir à lui les petits enfants à la capricieuse diva de Bollywood, des jeunes mendiants des bidonvilles de Bombay aux touristes fortunés du Taj Mahal, au fil de ses rencontres, le jeune homme va apprendre que la fortune sourit aux audacieux… »

Ce livre est à l’origine de Slumdog Millionaire, le film sensation de Danny Boyle sorti cet hiver (2008) et qui a raflé presque tous les oscars.

Il s’agit du premier roman de Vikas Swarup. Le début, le prologue, est mouvementé et le style est fluide mais le lexique et les thèmes abordés sont très durs : violence, corruption, torture, pauvreté, injustice… Un premier abord très amer qui force un peu à s’accrocher pour continuer. La  construction est régulière et forme un fil conducteur pour le lecteur : chaque chapitre raconte l’histoire qui a permis au héros de répondre à la question du jeu télévisé et un épilogue en guise de fin.

Le vocabulaire indien rend la lecture un peu difficile à suivre. Il est fastidieux de devoir se référer trop fréquemment au lexique et les allusions au acteurs et personnages célèbres de l’Inde nous échappent un peu. Mais les histoires nous tiennent en haleine. Elles sont intrigantes et bien écrites. Les enchainements de chance et de coups du sort sont complètement rocambolesques et parviennent à nous faire sourire au milieu d’un univers bien pauvre.

Le quotidien de l’Inde est bouleversant et les thèmes du livre percutants. Malheureusement l’ensemble est abordé avec trop de timidité : l’auteur ne va pas assez loin : trop descriptif, il raconte les faits avec force de détails sur le décor et l’action mais le thème en soit est trop souvent survolé. Certains personnages, certaines administrations mériteraient un peu plus d’attention, justement pour nous aider à entrer dans ce monde si difficile et si violent qu’est le quotidien du jeune héros indien.

———————————————————

Cette lecture (lien) s’est faite dans le cadre du “Prix littéraire des Blogueurs“.

"Les Autres" – Alice FERNEY

FERNEY

« Théo fête ce soir ses vingt ans et rien ne devrait troubler ce moment de convivialité et de réjouissance. Rien sinon le jeu de société que son frère aîné lui offre, qui révèlera à chaque participant la façon dont les autres le perçoivent, menaçant de remettre en cause l’idée qu’il se faisait de lui-même et des sentiments réciproques l’attachant à ses proches. Au fil de la partie, le jeu devient le révélateur de secrets de famille jusque-là soigneusement occultés par la honte, la déception ou la souffrance… et nul ne sortira indemne de la soirée. »

Ce roman dévoile des choses.

On ne saurait jamais se voir d’où les autres nous regardent.

Par trois fois, ces choses sont mises à nues, exposées à nous, différemment.
Des choses pensées, dites et rapportées.
Des choses qui amusent, blessent ou choquent.
Des choses qui riment avec vérités  qui dérangent.
Surtout, des choses que d’autres ont dans leur tête et que l’on découvre de manière intrusive d’abord puis avec curiosité.

Une curiosité presque déplacée, un peu gênante. Mais on se laisse agréablement prendre au jeu, car c’est d’un jeu qu’il s’agit. On a envie d’en savoir plus et tout est dit par petits bouts alors on s’accroche au jeu comme si on épiait les personnages, ces autres, par le trou de la serrure. Sauf que l’on accède même à leurs pensées intimes. On commence même par cela.

Ce jeu nous amuse, nous trouble et nous donne à réfléchir.

Sommes-nous seulement ce que les autres font de nous en étant avec nous ce qu’ils sont que nous faisons d’eux ?

On se contente d’y assister, d’observer et on se garde bien de participer. Parce que ces choses qu’on lit sur ces autres, parfois, surprennent mais bien souvent  font mal, en secret.
Mais nous ne sommes que le lecteur, on ne joue pas. Heureusement ?

L’auteur, dans un style franc et fluide, révèle, avec des mots du quotidien, des choses complexes, presque irréelles, que l’on voudrait garder intimement cachées au fond de soi-même.
Intrusif et polémique, ce roman surprend tant par sa construction que par les thèmes abordés, avec simplicité, mais peut-être un peu trop de naïveté et de longueurs parfois.

———————————————————

Cette lecture (lien) s’est faite dans le cadre du “Prix littéraire des Blogueurs“.